*******

12 mai 2013

Petits bonheurs et phrases qui rassurent

Source photo : Lissy Elle
La semaine qui commence à s'estomper bouleverse toujours un peu les battements de mon coeur chiffonné. On décèle sans peine un soupçon d'angoisse au creux de moi la veille des lundis. C'est comme une multitude de minuscules tremblements, d'infimes tressaillements. La sensibilité froissée, inhérente à ma peau me noue la gorge et je veille méticuleusement à la dissimuler, à ne rien dévoiler. Le dimanche est parsemé d'éclats qui se dissipent à mesure que le temps file et que les heures s'égrènent. Cette journée si précieuse qui achève la semaine est un entre-deux. Elle se compose de fournées de cookies chauds et moelleux qui embaument l'air, d'une note poudrée vanillée, de silence feutré, de douceur ouatée et cotonneuse dans laquelle s'envelopper. 

Je suis pelotonnée sous une couverture molletonnée, j'ai l'impression que ce qui m'entoure chuchote pour mieux me rassurer. Je laisse la lumière pâlir tendrement sur les murs bleu pastel de ma chambre. Elle s'éparpille en paillettes dorées, parsème une infinité d'étoiles qui semblent se fondre dans chaque parcelle de la pièce. Une voie lactée de rêves. Comme de la douceur délicatement glissée, si finement enfouie afin qu'elle trouble de bout en bout et qu'elle ravisse les prunelles avides d'émerveillement

C'est presque toujours quand on ne cherche pas la lumière qu'elle nous effleure. Elle est intimement liée à ces instants fabuleux, célestes, qui surviennent alors qu'on y croyait plus. Et s'il suffisait simplement de vivre, de savourer chaque jour de la semaine (et ne plus être dans l'attente du vendredi), de se faire confiance, de croire en la vie et d'espérer vaille que vaille ?

Avoir de quoi ne pas perdre le Nord ainsi que le sens du vent (une boussole ou bien un fil de laine peut-être). Se recentrer sur ce qui compte réellement, sur l'essentiel.

Savourer un carré de très bon chocolat ou une délicieuse pâtisserie.

Même si on est à bout de souffle, même si on accumule les jours découragés, ne jamais cesser de s'accrocher.

La présence de personnes si précieuses autour de soi.

Refuser de faire une chose sous prétexte qu'elle me fait peur est une erreur. Si elle m'effraie, c'est que je dois le faire.

Cette robe en soie rose pâle. C'est fou à quel point un simple tissu peut m'émerveiller. Le soyeux de la matière qui reflète la lumière et recèle des secrets soigneusement gardés.

Etre bercée par une constellation d'évidences, celles qui flanquent des frissons, insufflent de la vie et révèlent en soi une confiance insoupçonnée.

Les enchantements, minuscules ou gigantesques, qui ne cessent de m'envoûter. Ce sont des merveilles à profusion, des concentrés de douceurs à même le coeur.

Apprendre à lâcher prise, à ne pas se laisser submerger par le stress et les angoisses.

S'inquiéter a-t-il déjà changé une fois la finalité d'un événement ?

S'émerveiller de la moindre petite chose, déceler la finesse des scintillements les plus infimes.

Accepter les aléas de la vie et le fait qu'il est impossible qu'elle ne soit constituée que de douceurs. Ne pas oublier la roue tourne.

Le bonheur est à portée de mains mais il ne peut venir que de soi-même. Faire vivre ses rêves, maintenant, pour ne plus passer à côté de sa vie. Profiter de chaque instant, on ne le répétera jamais assez. Ce n'est pas compliqué, ça ne l'a jamais été, c'est même d'une extrême simplicité (je sais que c'est facile à dire). Le tout c'est d'avoir confiance, en soi, en la vie.

16 commentaires:

  1. Ton texte est tout doux, il fait beaucoup de bien, je vois que je ne suis pas la seule a avoir le cafard le dimanche soir, mais je ne sais pas l'apprivoiser aussi bien que toi!

    des bisous et bonne reprise du coup!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci <3
      On apprend à apprivoiser les coups de blues du dimanche mais ce n'est pas toujours évident...
      En ce moment je suis en vacances jusqu'en Septembre alors pas de "vrai" lundi avant longtemps. Je profite des dimanches légers *_*

      Supprimer
  2. Je découvre ton blog, merci la une HC ;) !
    C'est fou comme parfois les mots peuvent être beaux. Après avoir lu cet article, plein de douceur et de sensibilité je vais de ce pas lire le reste...
    Merci pour ce moment d'apaisement ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi surtout, pour ce commentaire si doux ♥

      Supprimer
  3. Tu as une belle plume, et tes mots résonnent à mon oreille...

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour toutes les jolies choses que tu as écrites. Je me suis beaucoup retrouvée dans cet article, en particulier quand tu dis : "Refuser de faire une chose sous prétexte qu'elle me fait peur est une erreur". On me reproche souvent de ne pas prendre de risques et j'ai l'impression de devenir une personne ennuyeuse. J'aimerai changer mais je ne sais pas comment :/ Bonne continuation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est jamais ennuyeux parce-qu'on a peur mais on peut louper beaucoup de choses à force ne pas prendre de risques. Tu peux changer ça, dès demain, dès que tu le souhaites. Il faut se lancer :-) Je sais combien c'est facile à dire, ça se fait petit à petit. Déjà déterminer ce qui nous effraie précisément, ce qui pourrait améliorer notre vie, et trouver un moyen de les réaliser.

      Supprimer
  5. Merci la Une d'Hellocoton qui m'a permis de découvrir ton blog =) J'avais pas cours aujourd'hui, du coup ce lundi soir a un goût de dimanche soir, et ton article tombe à pic =)
    Merci!

    RépondreSupprimer
  6. J'adore ta phrase: "si elle m'effraie, c'est que je dois la faire". Ca va devenir mon nouveau refrain je sens... Merci pour ton joli post, et très belle journée <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça vaut la peine de vaincre ses peurs, de faire ce qui nous effraie... cela permet d'avancer, quelque part, et on est souvent récompensé de cette "prise de risques" : il peut en ressortir de belles choses.

      Merci à toi <3

      Supprimer
  7. Un très joli billet, très poétique qui fait du bien :-). Belle journée à toi :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup <3 je suis contente que ça puisse apaiser un peu :-)

      Supprimer

  8. << Même si on est à bout de souffle, même si on accumule les jours découragés, ne jamais cessez de s'accrocher. >>
    Ca c'est indescriptible. L'effet que m'a fait cette phrase.

    << La présence de personnes si précieuses autour de soi. >>
    Ca c'est on ne peut plus vrai :)


    << Les enchantements, minuscules ou gigantesques, qui ne cessent de m'envoûter. Ce sont des merveilles à profusion, des concentrés de douceurs à même le coeur. >>
    *-*

    << Apprendre à lâcher prise, à ne pas se laisser submerger par le stress et les angoisses. >>
    Garde la bien celle-là, elle te sera utile ;)

    << S'inquiéter a-t-il déjà changé une fois la finalité d'un événement ? >>
    Je la note celle là !

    << Le bonheur est à portée de mains mais il ne peut venir que de soi-même. Faire vivre ses rêves, maintenant, pour ne plus passer à côté de sa vie. Profiter de chaque instant, on ne le répétera jamais assez. Ce n'est pas compliqué, ça ne l'a jamais été, c'est même d'une extrême simplicité (je sais que c'est facile à dire). Le tout c'est d'avoir confiance, en soi, en la vie. >>
    Eh bim, encore dans mon coeur, dans mon ventre.

    ♥ Merci pour ça.

    RépondreSupprimer

Merci beaucoup pour votre visite, j'espère que ce billet vous a plu ! N'hésitez pas à me laisser un commentaire afin de livrer vos impressions ou de me poser une question, j'y répondrai avec grand plaisir ! ♥